Lectures à deux voix «Fils de chien»
vendredi23févr. 2024
  • Ouverture à 16h et lectures à 18h puis 21h au chapeau.
  • Repas à 19h30 résa au 06.87.28.43.58 (assiette + dessert entre 7 et 10€)

Vladimir Slépian et « Fils de chien »

Note d’intention:
« Fils de Chien » est un texte court, mais intense. L’humour y est présent mais absurde et teinté de désespoir. La douceur y cotoie la violence. Dans la tête de ce Fils de Chien, Il est question d’enfance et de paradis perdu, mais aussi d’enfer, de faim et de soumission. La forme est vivante, parlée, et malgré une adresse à des messieurs que l’on n’entend ni ne voit jamais, c’est un soliloque grinçant, émouvant, sur la condition humaine. Nous avons pris parti d’y donner à entendre deux voix, l’une intérieure, pensée tourmentée, sans cesse en reflexion, fouillant la mémoire, l’autre s’adressant au monde, au « maitre » imaginaire, questionnant sans réponse, sans assouvir la faim qui le tenaille.

Vladimir Slépian est né à Prague en 1930. Il est mort de faim à Paris, dans une rue de Saint-Germain-des-Prés, en 1998.
La réalité comme étrange écho au personnage de « Fils de Chien ». Il grandit à Leningrad, où il poursuit des études de mathématiques et de beaux-arts. En 1956, il s’installe à Moscou. Influencé par la technique de Jackson Pollock il se consacre pendant plusieurs années à l’action painting, réalise des performances et des happening. En 1957, à Paris, la galerie Daniel Cordier propose une exposition anonyme des peintures de Slepian, que ce dernier a fait sortir clandestinement d’URSS. En 1958, Vladimir Slepian émigre à Paris . Il se rapproche du peintre Georges Mathieu mais abandonne la peinture en 1963. Il crée, avec succès, un bureau de traduction.
Après la publication de « Fils de Chien », il renonce à toute activité pour se consacrer à l’écriture et sa trace s’égare dans Paris, de cafés en hôtels. Il abandonne son patronyme pour celui d’Éric Pide, hante la cantine et les couloirs de l’école normale, avant sa fin tragique.
Aucun autre de ses écrits n’a refait surface à ce jour.

"Je suis un homme, si vous voulez.
Oui, merde ! Un homme.
Un homme comme vous, avec tous ces trucs que vous faites, même si je ne les comprends pas.
Si je n'étais pas un homme, alors qu'est-ce que je pourrais être ?
Un chien ?"

Marthe Omé
Artiste pluridisciplinaire, Marthe OME vit et travaille en Cévennes depuis 20 ans. Formée au théâtre et à l’art du clown
DU d’animatrice d’ateliers d’écriture. Auteure de poésie. Performances et lectures à haute voix. En 2015, elle crée l’association Singulier/Plurielle avec vocation d’ouvrir des
chemins de création autour de l’écrit, du dessin et de la voix pour tout public. https://www.lasalle.fr/structures/singulierplurielle

Bernard Le Nen
Vit et travaille à Lasalle en Cévennes. Peintre, dessinateur, nombreuses expositions en France et à l’étranger.
https://bernard-le-nen.com/
Théâtre en tant que comédien, lecteur et metteur en scène, actuellement au sein du Collectif Ariane Diotime : http://arianediotime.fr

Association La Talvera, 6 rue du temple, 34600 Bédarieux.

www.latalvera.com

Vous cherchez dans Œnotourisme, produits locaux & restaurants